Aller au contenu

| | |

Vous êtes ici : OVSQFR

Marrainage entre collégiens et chercheuses du CEARC

Dans le monde, 53% des titulaires d’une licence ou d’un master scientifique sont des femmes. Pourtant, elles ne représentent que 28% des chercheurs.

Dans l’un de ses rapports, l’UNESCO rapporte la surreprésentation masculine dans le domaine scientifique, et plus généralement dans les carrières dites « intellectuelles ». Dans le monde, 53% des titulaires d’une licence ou d’un master scientifique sont des femmes. Pourtant, elles ne représentent que 28% des chercheurs. En réponse à ce déséquilibre, l’association “Science, Technologie, Société” tente de sensibiliser les collégiennes à la profession de chercheur à travers le dispositif “Aventures de Sciences”. 

Ce projet a pour but de promouvoir les sciences et les métiers de la recherche auprès d'élèves de collèges et lycées, et en particulier auprès des jeunes filles. Le programme essaye de montrer l'universalité des sciences, et leur accessibilité à toutes et tous. Il essaye d’abord et surtout d'établir un lien direct et concret entre de jeunes citoyens et des professionnels de la recherche.

En pratique, le dispositif repose sur le marrainage de classes de la 5e à la terminale par des femmes scientifiques. Dans ce cadre, trois classes de collèges yvelinoises ont été marrainées par Clara De La Hoz Del Real et Natalia Doloisio, deux chercheuses du laboratoire du CEARC (Culture, Environnement, ARctique et Climat).  Au cours de l’année scolaire 2023/2024, chaque classe et sa marraine se sont retrouvées plusieurs fois en classe et à l'extérieur. 

La première rencontre de ce programme s’est déroulée dans les établissements scolaires,  les deux chercheuses ont présenté leur recherche, leur parcours et leur métier. Les élèves ont par la suite réalisé une interview filmée de Natalia Deloisio (dfghjklm). Dans celle-ci, la chercheuse raconte au fil des questions posées par les élèves qu'elle est post doctorante et spécialisée en sciences sociales. Après une Licence de Science de l'Environnement en Argentine, elle fait un Master en France sur l’Adaptation aux Changements Climatiques, puis une thèse doctorale sur les Changements Climatiques en Sibérie. Arrivée en France en 2015, la Chercheuse n’a pas forcément toujours voulu l’être, mais elle évoque un sentiment de curiosité vis à vis des sciences naturelles et un soutien familial, qui l’a toujours poussé à faire ce qu’elle aimait. Elle précise que travailler dans un environnement principalement masculin est certes compliqué, mais important pour elle car ça lui permet de donner un exemple à d'autres femmes qui voudraient éventuellement devenir chercheuse, leur montrer que cela leur est accessible.
 

Le mardi 18 juin 2024, les élèves ont visité le lieu d’exercice de leur marraines, l’Observatoire de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, la matinée a commencé par une conférence d’autres chercheuses du CEARC en amphithéâtre. Comme par exemple Chloé Dhaille, doctorante, qui travaille sur la documentation des risques locaux à travers l'étude de récits ordinaires de communautés non occidentales menacées, dans son cas, colombiennes. Elle tente d’expliquer aux enfants qu’est-ce qu’un doctorat, comment devient-on doctorante, ce qu’elle fait de ses journées et ce qu’elle aime dans son métier. Elle présente son quotidien entre les lectures, la rédaction d’articles, le terrain, les départs réguliers et les longs séjours en Colombie. Elle leur raconte au milieu de photos de terrain, son envie de relayer la parole des femmes de ces communautés pour mieux les comprendre.